Biographie

Si vous le lui demandez, Céline Pruvost vous dira qu’elle est une « chansonneuse-chercheuse ». Passionnée par l’alchimie des mots et de la musique, elle écrit et compose ses chansons, mais s’intéresse aussi à celles des autres, dans plusieurs langues : elle prépare actuellement une thèse de doctorat sur la chanson italienne. A la demande de Jehan, elle a récemment réalisé une adaptation en italien d’un texte d’Allain Leprest, T’attends quelqu’un. Elle concilie ainsi théorie et pratique, en un numéro d’équilibriste habile à jongler avec ses deux passions.

 Gracieuse funambule, Céline glisse, aérienne, sur des rails parallèles, qui parfois se croisent et se mêlent : quête de mots, quête de sons, quête de sens, quête de soi(s)… Car dans cette double carrière, elle s’ingénie, en archéologue des sentiments, à creuser dans sa tête et dans son corps pour mettre à jour un univers atypique, peuplé de personnages croqués sur le vif, de clins d’œil complices et d’inventions chromatiques.

Côté disque, Céline Pruvost a autoproduit deux disques pendant ses études de musique et d’italien (en 2005 et en 2009). Elle a enregistré cet été un troisième EP au Québec, sous la direction artistique de Gaétan Essiambre.

Artiste polyvalente et musicienne touche-à-tout, Céline se nourrit, depuis 2009, de rencontres avec d’autres électrons libres de la chanson : Clélia Bressat (multi-instrumentiste, qui accompagne notamment Rémo Gary), Alexandre Clayette et Florent Nisse (qui viennent du jazz et sont passés respectivement par l’école de Didier Lockwood et le CNSM de Paris), et Kosh (qui accompagne Karimouche au Beat-Box) – entre autres modèles et compagnons de route, qui ont élargi ses horizons et influencé ses compositions.

Céline s’est petit à petit forgé une expérience concrète de la scène et compte aujourd’hui une centaine de concerts à son actif, de scènes découverte chanson en campings, de caves parisiennes en festivals québécois. Grand prix de la chanson et prix du public 2010 au tremplin Trampolino, elle est soutenue par des programmateurs de la région Rhône-Alpes (À Thou Bout d’Chant à Lyon et le Train-Théâtre de Porte-les-Valences) qui lui donnent l’opportunité de participer au Grand 8 franco-québécois en 2011. Lors des deux résidences et des deux tournées (en région Centre, autour des Bains-Douches d’Annie et Jean-Claude Marchet, puis au Québec, autour d’Alan Côté et du Festival en Chanson de Petite Vallée), Céline se donne un nouveau défi : pianiste et chanteuse de formation, elle décide d’apprendre la basse électrique. Grâce à l’enthousiasme de François Guy et de Gaétan Essiambre, le pari est tenu. De retour en France, en duo avec le remarquable guitariste Martin Gresy, Céline joue donc désormais de la basse dans tous ses concerts. 2012 sera aussi l’année d’un renforcement des liens avec le Québec, car Céline a de nouveau été invitée à participer au Festival en Chanson de Petite-Vallée, cette fois pour une résidence de création avec Daniel Lavoie : les Rencontres qui Chantent.

Récemment, la scène du Limonaire a résonné de cette voix qui vous effleure et vous étreint, chante l’amour vache et l’amour tendre, le temps qu’on subit et celui qu’on désire, les corps qui changent et ceux que l’on exhibe… Mais méfiez-vous des apparences : sous des dehors inoffensifs, Céline nous bal(l)ade, nous déshabille et nous réveille avec une énergie décapante. On n’en sort pas indemnes, mais on en redemande.

Mélanie Fusaro

Ils en parlent…

Un petit mot pour la sortie de l’EP de Céline ? Il y en a pourtant plus d’un qui me viennent en tête : impertinente, timide, surprenante, intelligente, douce, et quand elle chante, on reste accroché à chacun de ses mots. J’aurais pu rajouter travaillante, décidée, courageuse, talentueuse, mais, bon, un mot c’est un mot. Ce sera donc Bravo. »

– Daniel Lavoie

Céline Pruvost ne chante pas pour faire la belle. Elle vient te chercher là où tu ne t’y attends pas, elle s’applique et tu rappliques. L’entendre une fois et s’en souvenir toujours, c’est le chant universel. Elle n’utilise pas d’artifice, elle n’est même pas financièrement modifiée. Bref, attendez-vous au mieux. »

– JeHaN

Et sur internet

LeClouDansLaPlanche.com : La chanteuse pronominale
Le Dix Vins Blog : Le Coup de coeur de Pierre Thevenin
Passerelle : Non, non, ne rougis pas, Céline…
Office Franco-Quebecois pour la Jeunesse : Le Grand 8
Témoignage chrétien : « Le but n’est pas de singer, mais de nourrir son style »